1640, île de Pâques.
Alors que leur petite île est ravagée par la sécheresse, les Rapanui tentent, dans un dernier élan d'espoir, d'invoquer les esprits de leurs ancêtres pour faire revenir la pluie. Ils se lancent pour cela dans la construction frénétique de grandes statues appelées Moaïs.

Mais seul le clan qui aura su construire les plus grands et les plus beaux Moaïs pourra attirer la faveur des dieux...

titre

Fonctionnement du Jeu :
Chaque joueur incarne un clan vivant sur la petite île perdue au milieu du Pacifique et a pour charge de construire le maximum de Moaïs afin d'accumuler le plus de points de prestige possible.

moai12 facteurs sont à prendre en compte pour gagner le plus de points de victoire :
- l'emplacement futur de la statue : les statues sont placées sur des socles (appelés Ahus) qui se trouvent loin de la carrière où elles sont sculptés. Plus un joueur emmènera sa statue loin de la carrière, plus elle rapportera de points.
- la taille de la statue : plus une statue est grande plus elle rapporte de points. Mais une grande statue sera aussi plus coûteuse en main d'œuvre pour la sculpter et pour la transporter. Heureusement les joueurs peuvent "s'entraider" dans le transport des statues et les alliances éphémères sont fréquentes.

Ce dernier élément ajoute au jeu une notion de semi-coopération très plaisant où chacun doit essayer de tirer les marrons du feu en aidant raisonnablement son adversaire. Sans oublier qu'il est possible de piquer une statue qui n'aurait pas été menée à bon port ou de piquer l'emplacement convoité par un autre joueur. Le jeu peut donc être raisonnablement taquin.

matos 9180_1

Quant au reste du jeu, il allie phase d'enchère et phase de placement.
Les enchères permettent d'acquérir les statues disponibles à chaque tour. Cette phase présente un dilemme : les pions utilisés pour "sculpter" la statue convoitée ne seront plus disponibles pour la transporter durant le reste du tour.
Le placement consiste à créer des chaînes de personnages qui vont transporter les statues. Il est possible d'utiliser les pions adverses, mais ils reçoivent alors un point de prestige en dédommagement.

Autour de ces deux phases centrales, plusieurs petits mécanismes additionnels permettent de : retarder son action (histoire de voir ce que vont faire les autres), récupérer des pions supplémentaires, activer les pouvoirs spéciaux de certains pions ou encore augmenter la valeur de ses statues grâce à un coiffe rouge.

moai chef

Mon Avis :
Le jeu s'avère donc plus épais qu'il ne le laisse paraître car plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour l'emporter. Éléments qui ont vite fait de compliquer l'explication des règles.

Je conseille donc une lecture attentive des règles et de la F.A.Q. ainsi qu'un tour de jeu entier à blanc pour se familiariser. Ceci fait, le reste roule tout seul avec beaucoup de fluidité et d'interaction entre les joueurs.

Un dernier mot sur le matériel tout simplement époustouflant et qui contribue largement, l'espace de 75 minutes, à nous plonger au cœur de la civilisation pascale.

A noter qu'une extension nommée la Lance Sacrée est sortie pour le salon d'Essen 2008. Elle permet à chaque joueur et une fois par partie, de ne pas "payer" les joueurs dont il emprunte les pions lors de la phase de transport des statues.
J'ai pu obtenir la mienne par simple courrier adressé aux Éditions du Matagot.

critique

Liens et Téléchargement :
- Site Officiel du jeu
- Règle du jeu au format PDF
- F.A.Q. et Corrections
- Variante à 2 joueurs