Hiver 1327. Quelque part dans le nord de l’Italie, une abbaye bénédictine est le sinistre théâtre d’un triple meurtre. Un moine est tombé du haut du mur d’enceinte, un autre s’est noyé dans son bain, le dernier est retrouvé la tête plongée dans une cuve remplie de sang de porc.

Depuis, le doute et la suspicion étreignent les membres de la communauté…

Le frère Guillaume de Baskerville et son jeune novice Adso vont mener l’enquête et tenter de percer à jour l’identité du mystérieux agresseur…

titre

Présentation :
C’est le roman d’Umberto Eco « Le Nom de la Rose » et son adaptation cinématographique de Jean-Jacques Annaud qui sert de décor à cet intrigant jeu de bluff et de psychologie.
Car dans Der Name der Rose, les joueurs ne vont pas mener l’enquête, ils sont les suspects et vont tout faire pour jeter le discrédit sur leurs adversaires. Bien sûr comme ils restent bons chrétiens, ils doivent le faire discrètement, sans agir trop ouvertement.

En début de partie, chaque joueur reçoit une identité secrète correspondant à l’un des 6 pions moine présents sur le plateau représentant les différents lieux de l'abbaye.

moine_blanc moine_gris

Au fil de la partie, une série d'indices vont s'accumuler contre chacun de ces 6 moines, faisant avancer leur marquer sur la piste des Indices. A la fin de la partie, celui contre lequel le plus d'indices ont été trouvés est déclaré coupable ; à l'inverse, celui qui est le plus en retrait sur la piste d'Indices s'en sort lavé de tout soupçon et donc victorieux.

Chaque joueur va bouger l’ensemble de ces 6 pions en tentant d'accumuler les Indices contre les pions adverses tout en tentant de favoriser le leur. Mais chacun se doit d'agir sans éveiller de soupçons : favoriser tel pion, pénaliser tel autre pour mieux faire avancer ses intérêts sans trop les révéler.

En effet, en fin de partie chacun va tenter d’établir l’identité de ses adversaires. Un joueur démasqué se verra fortement pénalisé par des points Indices supplémentaires.

boite_face boite_dos

Fonctionnement du Jeu :
A son tour, un joueur choisit l’une des 3 cartes qu’il a en main et la pose sur la table.
Elle lui permet soit de déplacer un pion imposé vers le lieu de son choix, soit de déplacer n’importe quel pion vers un lieu désigné par sa carte.

Sur chaque lieu se trouvent des petits jetons missions dont les couleurs correspondent à celles des 6 moines.
Si un moine se rend dans un lieu où se trouve un jeton a sa couleur, il n’éveille pas les soupçons et son compteur de soupçon recule.
A l’inverse, un moine qui se rend dans un lieu où il n’a rien à faire (pas de jeton à sa couleur) éveille les soupçons. Son compteur avance.

Pour finir son tour, le joueur pioche une nouvelle carte.

__1

Chaque action que mène les moines demande du temps représenté par un chiffre sur la carte venant d'être jouée. Un cadran solaire permet de mesurer la durée d'une journée et donc d'un tour de jeu. Dès la 24ème heure atteinte le tour s'arrête.

Celui qui met fin au tour recevra en fin de partie un malus de 2 points d'Indice... Il n'y a donc que peu d'intérêt à finir le tour...
Fort heureusement, les joueurs peuvent le "ralentir" en jouant les petits jetons Mission qu'ils ont collecté.

La gestion du temps créé une tension intéressante et ajoute une dose d'interaction entre les joueurs qui essaient de faire avancer le temps au maximum pour nuire à leur voisin.

Une fois le tour fini, on calcule le montant des points d'Indices accumulés par chaque moine à ce tour, on avance leur marqueur et on engage un nouveau tour.

Au 7ème et dernier tour, chacun tente de démasquer l'identité secrète de ses adversaires ce qui donne lieu à un dernier décompte qui établit le classement final.

ensemble p_2143


Mon avis :
Der Name Der Rose n'est pas un jeu d'enquête mais bel et bien un jeu d'ambiance et  de bluff. Il s'agit plus de tromper ses adversaires que de résoudre une énigme.
En cela, il s'approche bien plus d'Heimlich & Co, jeu de Wolfgang Kramer dont il reprend certaines mécaniques, que de Mystère à l'Abbaye.

Le système d'attribution des points d'Indices peut s'avérer déroutant lors des premiers tours mais se révèle être bien plus simple qu'il n'y paraît. Il devient rapidement évident de savoir comment s'y prendre pour "pourrir" ses adversaires tout en favorisant son poulain.

Le système de dénonciation en fin de partie oblige toutefois à quelques coups retords et à tout faire pour semer le doute dans l'esprit de l'adversaire. Der Name Der Rose est donc un jeu éminemment psychologique.

name_der_rose_ddp_gr

Même si le jeu peut durer plus d'une heure, les tours s'enchainent rapidement et avec une grande fluidité dans la mesure où à son tour, le joueur n'a le choix qu'entre 3 cartes. Il est donc très rapide de calculer les possibilités données par sa main.
Et c'est peut-être là que le jeu peut s'avérer un peu frustrant... Parfois on n'a simplement pas les cartes qu'il faut pour bouger le pion de sa couleur pour le sauver d'une situation dangereuse.
Il reste toutefois rarissime qu'on ne puisse pas favoriser son pion, ne serait-ce que de façon indirecte.

Les dessins des cartes et du plateau de jeu sont de très grande qualité et contribuent beaucoup à plonger dans l'ambiance malsaine et inquiétante de cette abbaye coupée du monde.

Attention toutefois, le jeu n'est disponible qu'en allemand. Cela ne pose pas de problème majeur dans la mesure où les seuls éléments de texte sont présents sur des cartes Évènement qui doivent être lues à voix haute au début de chaque tour et que leur traduction est présente dans la règle.

A ce sujet, ces cartes Évènements ajoutent un vrai plus, car elles modifient à chaque tour un paramètre du jeu. Ainsi chaque tour est différent et chaque partie se renouvelle naturellement. Une vraie bonne idée !

Une mécanique élégante et originale, des graphismes soignés et une vraie tension autour de la table font de ce jeu une très bonne surprise !

critique_DNDR

Liens et Téléchargement :
- Règle du Jeu au format PDF
- Aide de jeu : résumé des règles : Le_Nom_de_la_Rose
- Aide de jeu : traduction des cartes évènement : Der_Name_Der_Rose_Cartes
- Blog de l'illustrateur