En 79 avant J.C., l'empereur Sylla s'apprête à abdiquer. Une poignée de sénateurs conviant sa place vont tout faire pour prendre le contrôle de Rome.
En construisant de splendides édifices, en faisant des dons à la Plèbe ou en mobilisant les forces militaires et spirituelles de l'Empire, ils vont faire grandir leur influence et s'attirer les faveurs de leurs pairs.
Seul le plus habile des politiciens aura le privilège d'accéder à la fonction suprême...

titsyl

boxsylPrésentation du Jeu :
Dans Sylla, les joueurs incarnent des Sénateurs prêts à tout pour prendre le pouvoir sur Rome. Dans une course au prestige, ils vont chercher à faire valoir leurs intérêts en recrutant et utilisant à bon escient les différents personnages influents de l'Empire.
A l'issue des 5 tours de jeux, celui qui aura accumulé le plus prestige remportera la partie.
Ils peuvent être remportés de 2 façons principales : la participation à de Grands Projets (construction du Colisée ou du Forum etc.) et l'acquisition de jetons Res Publica. Ces derniers représentent la satisfaction du peuple en matière de Santé, Loisirs et Politique. Leur valeur ne cessera de varier en fonction des actions des joueurs.

untitled pic415957
L'aire de jeu... une profusion de matériel

Fonctionnement du Jeu :
Avant de commencer la partie, les joueurs vont sélectionner 4 Personnages parmi les 10 qui leur sont proposés. Les joueurs ont à leur disposition des Sénateurs, des Esclaves, des Marchands, des Légionnaires, des Vestales.
Ces personnages sont utilisés pour construire des bâtiments (apportant des avantages à leurs propriétaires) OU pour effectuer une action spéciale à une phase donnée (voir plus bas)
C'est grâce à ce choix initial que le joueur va déterminer une stratégie.

Chacun des 5 tours de jeu se décompose en 7 phases plus ou moins longues :

- Élection du 1er Consul : il s'agit de déterminer le 1er joueur pour le tour en cours. Pour ce faire, les joueurs procèdent à une enchère où ils vont utiliser leurs Sénateurs et... de l'argent pour acquérir le plus de voix.
Le vainqueur remporte en plus un jeton Res Publica de son choix.

- Choix d'un Personnage : chaque joueur choisit un personnage parmi les 6 proposés. Ce personnage rejoint les autres déjà en possession du joueur et pourra être utilisé pour construire un bâtiment ou pour effectuer une action spéciale dans la suite du tour.

philosophe premier_consul_new gladiateur21
Cartes Personnage issues de l'extension

- Construction des Bâtiments : les joueurs vont pouvoir acquérir de nouveaux bâtiments par le biais d'une série d'enchères. Pour payer une enchère, ils vont devoir utiliser tout ou partie de leurs personnages, ceux-ci ne seront dès-lors plus utilisables pour le reste du tour.
Les bâtiments permettent à leurs propriétaires de bénéficier d'un avantage comme d'obtenir de l'argent supplémentaire, des jetons Res Publica etc.

- Encaissement des Revenus : chaque Marchand qui n'a pas été utilisé pour construire un bâtiment rapporte 1 denier (l'argent local) Certains bâtiments spéciaux peuvent être utilisés pour récupérer de l'argent supplémentaire ou faire varier la valeur des jetons Res Publica.

- Évènements Spéciaux : chaque Vestale et Légionnaire qui n'a pas été affecté à la construction d'un bâtiment est maintenant utilisé pour contrer des évènements négatifs menaçant Rome.
Par un système de majorité et d'alliances, les joueurs vont pouvoir servir leurs propres intérêts en récupérant des jetons Res Publica et en forçant leurs adversaires à se défausser de certains de leurs bâtiments ou de leurs personnages.

evcult evepid everup
Culte impérial, épidémie et éruption volcanique menacent Rome

- Construction d'un Grand Projet : on procède à une élection pour construire un édifice majeur qui servira à toute la communauté et qui sera surtout une source importante de points de prestige pour les joueurs.
Cette élection se déroule via une enchère jouée comme pour celle du 1er Consul (Sénateurs inutilisés + argent) mais à poing fermé... Alliances, promesses et menaces ont tout-à-fait leur place durant cette élection.

- Famine et Crises : pour conclure le tour, chaque joueur perd une partie de ses points de prestige sauf s'il a investi dans des champs (un bâtiment pouvant être construit en phase 3)
Des crises peuvent avoir lieu et entrainer un bouleversement du classement pour ceux qui auraient ignorer d'acquérir un type de jeton Res Publica.
Enfin, chaque joueur récupère tous ses personnages qui seront à nouveaux disponibles pour le nouveau tour.

La partie se termine à l'issue du 5ème tour de jeu et l'avènement du Christianisme.
A cette occasion les joueurs pourront obtenir des points bonus en affranchissant leurs Esclaves et valorisant leurs personnages Chrétiens.
Les joueurs révèlent leurs jetons Res Publica et calculent leurs scores finaux. Le joueur ayant le plus de points de prestige, l'emporte.

ares2 sylla_poster forum
On note une vraie progression dans le soin apporté aux illustrations

Mon Avis :
Lors de sa sortie, Sylla a surpris plus d’un amateur des jeux d’Ystari et reste encore aujourd’hui un outsider dans la gamme de cet éditeur. Encore aujourd’hui injustement cantonné au titre d’éditeur « de jeux aux petits cubes en bois » Ystari a, via Sylla, clairement marqué l’ambition de son responsable : proposer tout simplement de bons jeux, soigneusement étudiés et aux profils variés. Volonté réaffirmée depuis grâce à Bombay ou Asteroyds.

Sylla a, me semble-t-il été le tout premier a vraiment se détacher de cette étiquette en proposant un jeu certes destiné à un public expérimenté mais qui introduit une dimension jusque là peu exploitée dans les précédents jeux de l’éditeur : l’interaction directe.

Sylla est un jeu où la discussion, l’alliance et l’intimidation sont au cœur de l’action. Les joueurs y jouant des sénateurs romains, le jeu laisse une large place à la politique. De quoi désarçonner les aficionados de Caylus plus habitués aux interactions indirectes (ex : je te pique la place que tu envisageait...)

Or, jouer à Sylla en se contentant d’effectuer les phases les unes derrières les autres, présente un intérêt très limité. Le jeu donne alors une fausse impression de lourdeur, un jeu polymorphe et difficile à appréhender. Mais jouer ainsi est passé à côté de ce qui fait l’essence de ce jeu !

En contre-partie, il est à noter que le jeu perd un peu de son intérêt à 3 joueurs et encore plus à 2. Je le conseille donc prioritairement pour 4 joueurs.

persecution

Côté mécanismes, le jeu est impeccablement bien conçu et sert cette volonté de faire en sorte que les joueurs se parlent.

On y trouve un peu de majorité (l’occasion de créer des alliances), un peu de gestion et pas mal d’enchères (l’occasion d’intimider son voisin et d’introduire une dimension psychologique)
Les phases en elles-mêmes ne sont pas bien difficiles à assimiler mais leur imbrication et le poids de certaines décisions en font un jeu à réserver aux joueurs ayant un minimum d’expérience.

Pour autant, le jeu reste dynamique et les 7 phases s'enchainent de façon très fluide. Certaines sont très courtes (on encaisse les revenus) d’autres laissent place à des mini-jeux assez vite résolus et où l’interaction entre les joueurs est permanente ce qui donne l'impression de jouer tout le temps.
Ainsi les phases d’enchères se jouent en un seul tour, ce qui évite de s’éterniser tout en les rendant plus "violentes".

Les parties sont généralement très serrées et ce bien que les joueurs utilisent des stratégies diamétralement opposées, la preuve que le jeu a fait l'objet d'un réglage minutieux qui en assure le parfait équilibre. Un travail à saluer d'autant plus que nombreux sont les paramètres qu'il a fallu doser pour obtenir un pareil résultat.

purge

Sylla est aussi un jeu très stratégique dans la mesure où le profil de la partie se joue lors du choix des 4 personnages de départ. Ceux-ci vont conditionné les actions que le joueur pourra entreprendre et les axes de développement qu'il va entreprendre (Bâtiments ou Évènements ou Grand Projets)
Un joueur ayant mal choisi sa main de départ ou eu du mal a dégager des priorités de développement, le paiera au prix fort à l'heure du décompte.
Et c’est là que réside toute la difficulté de Sylla et qui désarçonnera les joueurs découvrant le jeu. Comment faire le bon choix ?

Le choix est d'autant plus difficile à faire que sy' ajoutent les effets nombreux et variés des Bâtiments, des Grands Projets et des Évènements dont il est difficile d'appréhender toutes les conséquences du premier coup. Or, bien connaître ces différents éléments et la clé pour choisir sa stratégie et planifier certaines de ses actions.

A ce titre, la 1ère partie est particulièrement délicate… Comment bien choisir sa main de départ lorsque l’on n’est pas sûr de ce que ce choix implique ?
Mais c’est aussi une des qualités de Sylla. A l’époque où la majorité des productions perdent de leur intérêt au bout de 3 parties, Sylla s'apprécie progressivement et se découvre au fil des parties. A déconseiller à ceux qui veulent du fun instantané mais à conseiller à ceux qui veulent un beau jeu à creuser et sur lequel revenir régulièrement.

defaite

Un mot sur l’aspect visuel qui est au-dessus de la moyenne des productions Ystari que je trouve trop souvent austères voire simplistes. Sylla, sans être un régal pour les yeux, proposent des illustrations soignées précisant bien l’univers dans lequel on se trouve : une Rome Antique violente et noire dans l’esprit de la série Rome.

moneybagA noter la possibilité d’acheter des pièces en métal directement sur le site internet d’Ystari… C’est LE truc ultime pour faire craquer les joueurs hésitants !

Récemment est sortie l’Ystari Box proposant des extensions pour 5 jeux de la gamme dont une pour Sylla : Caveant Consules. Sans être indispensable, elle ajoute quelques éléments intéressants comme de nouveaux personnages et de nouveaux évènements et grands projets qui permettent de varier les configurations de partie.

En résumé, l’imbrication entre les différentes phases et le poids de certaines décisions font de Sylla un jeu à réserver aux joueurs les plus expérimentés, amateurs de stratégie et de forte interaction et qui soient à la recherche d’un jeu à creuser au-delà de 2 parties…

critique

Liens et Téléchargement :
- La règle du jeu (format PDF)
- Variante officielle à 2 joueurs (format PDF)