Au coeur du bassin méditerranéen 7 des plus grandes cités du monde antique rivalisent d'astuce pour marquer le temps de leur empreinte.
Pour y parvenir,
 il leur faudra multiplier leurs échanges commerciaux, exploiter au mieux leurs ressources naturelles ou encore construire l'édifice le plus audacieux qui soit.

7W_logo

7_wonders1Présentation du Jeu :
Tout juste sorti, le dernier jeu de Repos Prod (Time's Up !, Ghost Stories) a décroché le Tric Trac d'Or et cartonne en boutique à tel point qu'il est en rupture sur certaines boutiques en ligne. Dès lors, difficile de ne pas en parler dans ces pages, d'autant que c'est un excellent jeu et très certainement l'un des indispensables de ce Noël 2010 !

7 Wonders vous place à la tête d'une civilisation antique que vous allez chercher à développer selon différents axes : militaire, économique, scientifique ou encore civil (par la construction de grands édifices)
Un jeu de civilisation tout ce qu'il y a de plus classique avec ses ressources et ses points de victoire, sauf qu'il se joue en à peine 30 minutes et jusqu'à 7 joueurs ! Et qu'il est en plus extrêmement addictif !

7Wonders_alexandrie 7Wonders_babylone
Deux des plateaux de joueur représentant chacun une merveille à construire... ou pas.

Fonctionnement du Jeu :
La partie se déroule en 3 manches (appelées Âges) de 6 tours chacun. A chaque âge correspond un paquet de cartes spécifique qui sera réparti entre les joueurs de façon à avoir 7 cartes en main.

Tous ensemble, les joueurs sélectionnent une carte de leur main qu'ils posent face cachée sur la table. Ensuite, ils remettent les cartes restantes à leur voisin (de gauche en âge 1 et 3 ; de droite en âge 2)

Puis tous les joueurs effectuent l'une des 3 actions suivantes avec la carte qu'ils ont sélectionné :
- la défausser pour gagner 3 pièces d'or
- l'utiliser pour construire sa merveille (Pyramides de Gizeh, Phare d'Alexandrie etc.)
- la mettre en jeu, c'est-à-dire construire le bâtiment qu'elle représente. Pour cela ils doivent payer le coût indiqué (en pièces ou en ressources) S'ils ne possèdent pas les ressources nécessaires, ils peuvent les acheter à leurs voisins.

Enfin, les joueurs prennent les cartes remises par leur voisin et sélectionnent une nouvelle carte.

12307_1 12308_1 12309_1
Quelques cartes : leur coût à gauche et leur effet au centre.

L'âge se poursuit ainsi (choix d'une carte, action, prise des nouvelles cartes) jusqu'à ce qu'ils aient joué 6 cartes. La dernière est écartée sans effet.

Pour conclure l'âge, chaque joueur compare sa puissance militaire avec son voisin de gauche. S'il est plus fort que lui, il remporte des points de victoire, s'il est plus faible il en perd. Il fait ensuite de même avec son voisin de droite.

Ensuite un nouvel âge commence. A l'issue du 3ème âge, la partie prend fin et on compte les points de victoire accumulés. Le joueur ayant le plus de points de victoire remporte la partie.

7Wonders_gizeh 7Wonders_zeus
Les pyramides de Gyzeh et la statue de Zeus à Olympie.

Mon Avis :
Première chose qui saute aux yeux lorsque l'on découvre les règles de 7 Wonders c'est qu'elles sont extrêmement courtes ! En dehors de la construction des bâtiments qui proposent quelques subtilités, le tour consiste globalement à choisir une carte et la jouer. Du jamais vu dans un jeu de civilisation !

D'autant que tout se fait simultanément, ce qui fait que les parties sont extrêmement dynamiques et que les 18 tours s'enchaînent à toute vitesse. Il n'est donc pas rare qu'une partie dure moins de 30 minutes entre joueurs habitués. Encore un autre exploit pour ce type de jeu !

Le nombre de joueurs est lui aussi une exception pour ce genre de jeux : 7 Wonders peut accomoder jusqu'à 7 personnes !

7W_cartes_jaune 7W_cartes_verte
Les cartes de commerce et les cartes scientifiques

Pour autant, 7 Wonders n'a rien d'un jeu d'ambiance. Il propose de vrais choix aux joueurs et il s'avère être un jeu très tactique avec une vraie profondeur.
Les sources de points de victoire sont nombreuses mais il est quasi-impossible de tout faire. Il faudra donc vite choisir les axes que l'on va privilégier durant la partie, même si au vu de la pioche, il faut être capable de se réadapter à une main malheureuse.

Un autre élément de stratégie est le "chainage".
Il s'agit de cartes qui une fois construites, permettent de construire gratuitement d'autres cartes qui arriveront à l'âge suivant. En connaissant bien les chaînages existants, il est possible de s'assurer quelques coups rémunérateurs en points de victoire.

Un autre axe stratégique est dicté par la merveille que l'on représente. En effet, chaque joueur reçoit en début de partie un plateau individuel représentant l'une des 7 merveilles du monde antique. Chaque merveille donne à son propriétaire des pouvoirs spéciaux qu'il peut activer ou pas, selon qu'il décide de développer sa merveille ou non.
Chaque merveille ayant 2 faces avec des effets de jeu différents, cela donne une plus grande liberté de développement et assure un plus grand renouvellement des parties.
La merveille a enfin un intérêt tactique car elle permet d'écarter du jeu une carte qui pourrait avantager un adversaire. En effet, pour se souvenir qu'un étage a été construit, on y glisse une carte de sa main... Une carte vous semble dangereuse ? Construisez un nouvel étage de votre merveille ! 

7W_cartes_bleue7W_cartes_rouge
Les bâtiments civils (des monuments) et les cartes militaires

Par ailleurs, chacun doit être ainsi très vigilant aux cartes qu'il laisse à son voisin. S'il est parfois intéressant de prendre une carte apportant des points de victoire, il est parfois encore plus intéressant d'empêcher son voisin d'en prendre possession en la conservant (soit en la défaussant, soit en s'en servant pour construire sa merveille)

Et c'est une autre grande trouvaille : on joue autant avec son jeu qu'avec celui de ses voisins immédiats.
Il en va de même pour l'achat des ressources, la puissance militaire (il faut toujours être plus puissant que ses voisins) ou encore les Guildes qui font rapporter des points de victoires en nombre en fonction du jeu de ses voisins.

Mais c'est aussi une grande limite de 7 Wonders. Quoi qu'on en dise, il est rare de pouvoir interagir avec les joueurs trop lointains (se trouvant à 2 joueurs de soi) On finit vite par ne jouer qu'à 3 et à ne pas faire attention à ce qui se passe à l'autre bout de la table.
Du coup, il devient plus intéressant d'y jouer de 3 à 5 joueurs où il reste encore lisible.

7_wonders_jeu1
Vue d'ensemble du matériel de jeu

A noter qu'il existe aussi une variante officielle pour y jouer à 2. Incluse dans la règle elle replace le 3ème joueur par une cité neutre jouée alternativement par les 2 joueurs. Loin d'être un bonus, c'est une autre façon de jouer où il est encore plus possible de choisir ce que l'on laisse à son adversaire.

Un moment enfin sur le matériel de jeu qui est plus que décevant.
Malgré des illustrations vraiment soignées, les cartes semblent particulièrement fragiles (surtout pour un jeu où on les manipule autant) et tranchent particulièrement avec les immondes rondelles de bois peintes à la bombe qui sont supposées représentées de pièces en argent ou en or.
Par ailleurs le carton servant à ranger le matériel est tellement fragile qu'il est la plupart défoncé avant même l'ouverture de la boite. Un point noir regrettable pour un jeu de cette dimension promis à un tel succès.

En parlant de matériel, pensez à prévoir une grande table car en plus du matériel présent à la mise en place, chaque joueur aura jusqu'à 18 cartes format tarot étalées devant lui à la fin de la partie ! Et mine de rien çà prend de la place !

Pour autant, il ne faut pas passer à côté de 7 Wonders tant il propose un profil de jeu atypique (7 joueurs, 30 minutes, règles simples) pour un jeu de cet accabit et sur ce thème. D'autant que vu son caractère addictif, il n'est pas prêt de prendre la poussière !

critique

Liens et Téléchargement :
- La règle du jeu (format PDF)
- Les règles rapides (format PDF) pour jouer en ne lisant qu'une feuille !
- La 8ème merveille du jeu : le Manneken Pis (Format PDF)
- Tout sur la genèse du jeu : une série d'article sur le blog de l'auteur