Une bande d'artificiers japonais s'apprête à tirer le plus impressionnant des feux d'artifice... Hélàs dans leur précipitation ils ont mélangé toutes leurs fusées et ce spectacle promet d'être une sacrée pagaille !
A eux de tout faire pour s'y retrouver et parvenir ainsi à lancer dans le ciel les plus belles "fleurs de feu".

pic729321

Présentation du Jeu :
Hanabi et Ikebana est un double jeu créé par Antoine Bauza (7 Wonders, Pony Express ou Ghost Stories) et édité par les XII Singes. Chaque jeu utilise le même paquet de cartes et quelques jetons.
Ils partagent aussi un thème japonais : Ikebana opppose des joueurs déterminés à faire de plus beaux bouquets de fleurs que les autres tandis que Hanabi incite les joueurs à coopérer pour produire les plus beaux feux d'artifice.

Ikebana manquant un peu d'intérêt, c'est d'Habani dont nous parlerons aujourd'hui.
Dans ce jeu les joueurs collaborent pour poser sur la table des suites de cartes de différentes couleurs... sans voir les cartes qu'ils ont en main !

 

Fonctionnement du Jeu :
Hanabi se joue avec un paquet de cartes composé de 5 familles de cartes : rouge, vert, jaune, bleu et noire. Chaque famille contient 10 cartes numérotées ainsi : 1, 1, 1, 2, 2, 3, 3, 4, 4 et 5.

Le but des joueurs est de reconstituer les 5 familles en posant pour chaque couleur une carte de chaque valeur.
Ex : pour les cartes jaunes, il leur faudra poser une carte jaune de valeur 1, puis une carte jaune de valeur 2, une carte jaune de valeur 3, une carte jaune de valeur 4 et enfin la carte jaune de valeur 5.

pic725513 pic725512 pic725515__1_ pic725514 multi51
Les cartes multicolores peuvent être ajoutées pour pimenter la partie.

Facile ! Il suffit de savoir compter jusqu'à 5 ! D'autant que lorsque l'on a commencé une famille on peut tout à fait en commencer une autre puis en compléter une déjà entamée...
Les seules limites : les cartes doivent être posées dans l'ordre croissant et on ne peut poser qu'une carte de chaque valeur dans une même famille.
Ex : les joueurs peuvent poser le 1 jaune, puis le 2 jaune puis le 1 rouge, puis le 3 jaune... Mais pas un second 1 rouge !

Oui, c'est très simple sauf... que les joueurs ne voient pas leurs cartes ! En effet, durant toute la partie, chaque joueur doit tenir ses cartes à l'envers : face vers ses partenaires.
Tout le sel du jeu consiste donc à communiquer à ses partenaires des informations qui les aideront à connaître le contenu de leur main et savoir quelles cartes jouer et quelles cartes défausser.

HAN_IKE_elevation2

A cet effet, un joueur peut à son tour effectuer une des 3 actions suivantes :
-  poser une carte de sa main sur la table. Si jamais la carte ne répond pas aux règles de pose, la carte est défaussée et les joueurs reçoivent un jeton rouge. Au bout de 3 jetons rouges, la partie s'arrête immédiatement et ils ont perdu.
Ex : un joueur pose le 5 vert alors que le 4 n'a pas encore été posé ! Les joueurs reçoivent un jeton rouge et le 5 vert est défaussé... Il sera dès lors impossible de finir le feu d'artifice vert.

- donner un indice à un autre joueur. Cela coûte un jeton bleu parmi les 8 dont disposent les joueurs.
Le joueur désigne une ou plusieurs cartes dans la main d'un autre joueur et annonce leur valeur ou leur couleur.
Ex : ces 2 cartes sont rouges OU cette carte est de valeur 3.

- défausser une carte. Cela permet aux joueurs de récupérer un jeton bleu. Ceci permettra aux joueurs d'avoir assez de réserve pour donner de nouveaux indices. Evidemment, il faut être sûr de la carte que l'on défausse car elle ne pourra plus être jouée de la partie !

Les tours se succèdent jusqu'à la fin de la partie qui intervient quand les joueurs :
- reçoivent 3 jetons rouges = défaite
- complètent les 5 feux d'artifice = réussite complète
- épuisent la pioche. On procède alors à un dernier tour puis les joueurs comptent le nombre de cartes qu'ils ont réussi à poser sur la table. Plus il y a de cartes, plus le feu d'artifice est réussi !

hanabi_ikebana_cartes
Quelques cartes du jeu. Mais pourquoi des fusées noires ?!

Mon Avis :
Parmi les nombreux jeux de coopération sortis à la suite des Chevaliers de la Table Ronde, Hanabi est à ma connaissance le premier à s'écarter complètement du système "cartes blanches contre cartes noires".
En effet, dans Hanabi les joueurs ne cherchent pas tellement à lutter contre le jeu mais coordonner et optimiser leurs actions de façon à poser le plus de cartes possible sur la table en un minimum de temps possible.

Les sensations sont donc très différentes de jeux tels que Pandémie, Ghost Stories ou même l'excellent Mousquetaires du Roy. Et rien que pour ça, Hanabi vaut la peine d'être joué et possédé.

Ses règles sont aussi beaucoup plus faciles que la plupart de ces jeux même s'il requiert une bonne dose de mémoire, une certaine concentration et pas mal de méthode qui le rendront plus difficile à jouer pour un jeune public que l'Île Interdite de Cocktail Games.
Cet éditeur a d'ailleurs récemment annoncé qu'il prévoyait de lancer prochainement une nouvelle version d'Hanabi. Une bonne nouvelle s'ils en profitent pour retravailler les graphismes du jeu.

HanabiBox hanabi_CG
Hanabi, nouvelle version par Cocktail Games (été 2011)

Evidemment le grand intérêt d'Hanabi réside dans la maîtrise de la communication entre les joueurs dans la mesure où seules 2 annonces peuvent être utilisées : les couleurs ou les chiffres possédés par le joueur.
Ca semble très limité au début mais au fil des parties on apprend à gérer le timing et l'ordre dans lequel ces annonces doivent être faites. C'est alors tout un système d'annonces basées sur le non verbal qui s'instaure entre les joueurs.

Mais comme dans tous les jeux de coopération, cela suppose une certaine discipline de la part des joueurs qui peuvent facilement tricher s'ils ne prennent pas gare à contrôler leurs expressions faciales ou leurs commentaires...

Pour ma part, la seule chose qui me gêne concerne les conditions de victoire.
Tout d'abord il est quasiment impossible de perdre dans la mesure où il faudrait à 3 reprises poser une carte que ne peut pas l'être. A moins de prendre sans cesse des risques, cela n'arrive que très rarement.
A l'inverse, il est extrêmement difficile de remporter une franche victoire, c'est-à-dire poser les 25 cartes pour compléter toutes les familles.

Dès lors les joueurs doivent souvent se contenter de victoires intermédiaires mesurées par un tableau de score qui qualifiera votre feu d'artifice de médiocre à extraordinaire... Ne restera plus aux joueurs qu'à retenter une autre partie pour améliorer leur performance.
J'ai un peu de mal avec cette notion, préférant les défaites ou les victoires franches au jeux invitant à battre son propre score.

Il n'empêche qu'Hanabi est un excellent jeu de coopération qui renouvelle pas mal le genre. Un petit jeu facilement expliqué, vite installé mais qui propose un beau challenge.

critique
Résumé de la critique. Cliquez pour agrandir !

Liens et Téléchargement :
- La règle du jeu (format PDF)