takenoko

Présentation :
Les nombreux festivals de jeux de société sont toujours une excellente occasion de rencontrer les auteurs et les éditeurs et donc de découvrir leurs nouveautés voire leurs prochaines publications.

A l'occasion du Festival "Paris est Ludique" qui s'est tenu les 25 et 26 juin 2011, j'ai eu l'occasion d'essayer des jeux qui ne sortiront que dans quelques semaines.
Par l'intermédiaire de cette nouvelle catégorie, je vous propose d'en découvrir certains...

J'inaugure donc avec un jeu qui m'a fait forte impression : Takenoko d'Antoine Bauza.

L'auteur de 7 Wonders et Pony Express nous plonge une fois de plus dans un univers qu'il affectionne particulièrement : l'Asie.
Après avoir incarné des artificiers dans Hanabi ou des moines taoïstes dans Ghost Stories, c'est le rôle de jardiniers qu'il nous propose d'endosser.

En effet, dans Takenoko, les joueurs ont pour mission de prendre soin de la bambouseraie de l'empereur du Japon... Le problème c'est que ce dernier vient de recevoir un Grand Panda de l'empereur de Chine et que l'animal est sacré et qu'il raffole du bambou...

IMG_0812 46157
Prototype et rendu final

Fonctionnement du Jeu :
Le jeu se déroule sur un ensemble de tuile hexagonales représentant le jardin de l'empereur. Sur chaque tuile va pousser un type de bambou spécifique (vert, jaune ou rose). Au fur et à mesure que les joueurs vont poser de nouvelles tuiles, le jardin va s'agrandir et les morceaux de bambous vont pousser en 3 dimensions. 

Pour l'emporter, les joueurs vont devoir réaliser des objectifs secrets leur permettant de marquer plus ou moins de points de victoire, en fonction de leur difficulté.
Il peut s'agir de faire manger du bambou au panda d'une certaine couleur, de faire pousser du bambou à un endroit précis ou encore de placer et d'irriguer des parcelles de terrain selon une forme imposée.

carte_jardinier_verso carte_jardinier_recto carte_panda_verso carte_panda_recto
Quelques cartes objectif.

Les objectifs sont gardés secrets jusqu'à ce qu'ils soient réalisés. A ce moment, le joueur abat sa carte et marque des points. A noter qu'un objectif peut tout à fait être réalisé grâce à l'action d'un autre joueur...

Enfin, dès qu'un joueur pavient à réaliser un certain nombre d'objectifs, la partie prend fin et celui qui a le plus de points l'emporte.

Le tour s'organise en 2 phases :

pic799573

- Tout d'abord, le joueur lance le dé de météo dont le résultat va influer sur le déroulement de ses actions. Il peut ainsi obtenir une action supplémentaire ou déplacer le panda comme il le souhaite ou encore faire pousser du bambou sur la parcelle de son choix.

Dans tous les cas, les résultats ne peuvent être que positifs et donner au joueur des possibilités de jeu supplémentaires.

- Puis le joueur réalise 2 actions parmi 5 possibles. Il est impossible de faire 2 actions identiques.
Les actions sont : piocher un nouvel objectif, placer une nouvelle tuile (parcelle de terrain), déplacer le jardinier (pour faire pousser du bambou), déplacer le panda (pour manger du bambou).

Il est enfin possible de prendre de la réserve un canal d'irrigation qui permettra d'alimenter en eau une parcelle de terrain et ainsi y faire pousser du bambou. Pour cela les joueurs devront créer un réseau fonctionnant sur le même principe que les routes dans les Colons de Catane

Une fois qu'un joueur a effectué ses 2 actions, c'est à son voisin de gauche de jouer. Et ainsi de suite jusqu'à ce que quelqu'un obtienne le nombre d'objectifs nécessaires pour mettre fin à la partie.
Ce joueur obtient alors la carte Empereur qui lui donne un bonus de 2 points et tous les autres effectuent un dernier tour.
Le joueur ayant alors le plus grand nombre de points remporte la partie.

IMG_0813 pic722569
Le prototype et le rendu final

Premières impressions :
Déjà chapeau pour l'aspect visuel à Hazgaard (éditeur d'Intrigo, Pocket Rockets et Time Line) et à Matagot (Dice Town, Cyclades) qui se sont associés pour ce jeu.
Entre la règle introduite par une bande dessinée, les illustrations colorées et bourrées de détails et les pions représentant le bambou : le jeu donne déjà envie !

Et encore, je n'ai joué qu'à un prototype du jeu. Si les illustrations sont celles que l'on verra dans le jeu, certains éléments du matériel comme les tuiles n'étaient pas encore définitives. J'ai notamment hâte de découvrir le rendu définitif des figurines du Panda et du Jardinier.

pic799570
Le jardinier et le Panda. Figurines qui seront peintes.

Un autre élément matériel qui joue beaucoup dans l'intérêt de Takenoko est le bambou. Moteur important de la mécanique du jeu, la pousse du bambou est représentée par des petits morceaux de bois peints qui s'encastrent les uns dans les autres. Cette pousse du bambou en volume apporte un vrai plus au jeu et s'avère très agréable à manipuler.

Cet élément de jeu a du donner bien du fil à retordre aux éditeurs et explique les nombreux reports qu'à sorti ce jeu, initialement prévu pour noël 2010. Mais lorsque l'on voit la qualité globable du matériel, on se dit que ça le méritait bien !

Côté règles, elles sont expliquées en 5-10 minutes et assimilées dès le 3ème tour de jeu.
D'autant que toutes les actions sont reprises sur un plateau individuel où l'on peut aussi poser tous les éléments glanés au fil de la partie (canaux d'irrigation, morceaux de bambou et objectifs réalisés)

Takenoko est donc très accessible et est du même gabarit qu'un jeu comme les Aventuriers du Rail. Un jeu familial mais où la réflexion, la subtilité et les choix sont bien présents.
Un excellent jeu "familial +", idéal pour attirer les nouveaux joueurs grâce à son matériel ultra "kawai" mais qui plaira aussi aux vieux briscards.

pic799571
Les 3 familles d'objectifs : pose des tuiles, panda et jardinier.

Parmi les subtilités que proposent Takenoko, on peut notamment citer le système des objectifs.
Il y a 3 familles d'objectifs proposant des façons différentes de marquer des points : soit en posant les tuiles, soit en utilisant le Panda, soit en utilisant le Jardinier.
Lorsqu'un joueur pioche un objectif, il choisit parmi l'une des 3 familles. Il sait donc quel genre d'objectif il va devoir atteindre. Sachant qu'en fonction des choix des joueurs, certains objectifs seront plus faciles à réaliser que les autres.

En effet, le système de pose et d'irrigation des parcelles de terrain tend à donner aux parties des profils très différents avec une présence plus ou moins importante du bambou et/ou des couleurs de bambous plus présentes que d'autres.
Le jeu assure donc une belle rejouabilité et nécessite vraisemblablement pas mal d'adaptation de la part des joueurs.

Un autre élément qui fait beaucoup de son intérêt est le fait que les objectifs peuvent être réalisés grâce aux actions des autres joueurs. Il est du coup intéressant d'essayer de deviner les objectifs des autres joueurs pour éviter de perdre de précieuses actions à faire ce qu'ils feront d'eux mêmes comme l'irrigation de certaines parcelles.
Deviner les objectifs des autres est à nouveau rendu possible grâce aux dos des cartes qui indique à quelle famille ils appartiennent. Cela sert aussi à empêcher un joueur de réaliser les siens en lui envoyant le panda dans les pattes...

Bref, Takenoko m'a donné de belles sensations et je n'ai qu'une hâte : qu'il sorte ! 
Alors félicitations à Antoine Bauza et un grand bravo aux équipes d'Hazgaard et de Matagot pour le travail d'édition et vivement octobre 2011, date annoncée pour sa sortie.

critique
Premières impressions : cliquer pour agrandir

Mise à jour du 2 décembre 2011 :
Cà y est ! Takenoko est enfin sorti ! Mon exemplaire n'est pas encore arrivé, alors il faudra patienter un peu pour avoir ma critique complète.
En attendant vous pouvez découvrir la règle en détail sur le site de l'éditeur et en cliquant ici !